| retour |

Tai-gu Tales Dance Theater (Taïwan)
Chorégraphe : Hsiu-wei Lin

The Life of Mandala
12, 13, 14 février 2004
Centre Pierre-Pladeau

« La beauté de ces figures graciles et esthétiques évoluant ensemble créait une aura de paix et de solennité. »Show Guide

La série Danse Danse est l’hôte privilégié de la toute première visite en sol québécois de la compagnie taïwanaise Tai-gu Tales, une troupe dont la renommée a franchi depuis longtemps les frontières de l’Orient. Celle-ci vient présenter The Life of Mandala, une œuvre pour douze danseurs qui, depuis sa création en 1994, a conquis les publics de plusieurs festivals de danse réputés, notamment ceux de Châteauvallon en France, de Cultura Nova en Hollande et de Spoleto aux États-Unis.

THE LIFE OF MANDALA
« La pureté et la puissance de la danse étaient telles, que le public pouvait littéralement la ressentir jusque dans ses tripes. Une prestation foudroyante. »
The Europe Journal

Inspirée d’un épisode tragique — la mort d’un scénographe et ami sur le plateau d’un théâtre en plein travail — The Life of Mandala se veut un hommage à la résilience de l’esprit humain. On pourrait également décrire la pièce comme la prise de conscience, puis l’acceptation, de la place de l’Homme dans l’Univers. Interprétée par six danseuses formées en danse classique et moderne et six hommes rompus à l’exigeante discipline de l’opéra chinois, The Life of Mandala se révèle une véritable onde de choc, porteuse de sagesse et résolument tournée vers l’avenir.

TAI-GU TALES
La compagnie Tai-gu Tales, ce sont d’abord deux artistes dont les destins personnel et artistique s’unissent : Hsiu-wei Lin, première danseuse de la Cloud Gate Dance Theatre, et Hsing-kuo Wu, étoile de l’opéra de Pékin. De cette rencontre découlera la fondation, en 1987, de Tai-gu Tales, une compagnie dont le style unique marie le raffinement de la tradition plusieurs fois centenaire de l’opéra de Pékin et la hardiesse de la danse contemporaine. En s’inspirant de ces deux disciplines, la chorégraphe et directrice artistique Hsiu-wei Lin a élaboré un vocabulaire singulier, particulièrement éloquent dans The Life of Mandala.

Pour la chorégraphe, créativité et performance physique sont indissociables de la méditation; il en résulte une qualité indéfinissable, subtile et proche du rituel, tout à fait fascinante. Le magazine électronique The Dance Insider notait par ailleurs que The Life of Mandala semblait être le résultat d’une méditation sur la beauté des mandalas et une exploration du corps en tant que sculpture et artifice.

La compagnie Tai-gu Tales a été invitée dans plusieurs pays d’Europe et aux États-Unis. Dans le cadre de sa tournée nord-américaine, la troupe fera également escale, au Canada, à Ottawa et à Toronto.

Avril 2003

Photos : Chun-Der Hsieh

|HAUT|