| retour |

Fondation Jean-Pierre Perreault (Québec)
Chorégraphe : Jean Pierre Perreault

Joe
6, 7, 8 mai 2004
Place des arts

« Joe a tout d’une œuvre-culte (...), comme un film de Jarmush ou de Wenders, comme un disque des Beatles, un livre de Kundera, une sérigraphie d’Andy Warhol. »Voir, Québec

« Un chef-d’œuvre intemporel »Pittsburg Tribune-Review, États-Unis

Œuvre-phare du regretté Jean-Pierre Perreault, Joe sera remontée une toute dernière fois par une distribution de trente-deux interprètes, conformément aux vœux de Perreault. En incluant Joe dans sa programmation 2003-2004, Danse Danse non seulement rend hommage à l’un des plus grands chorégraphes d’ici, mais permet au public de voir ou de revoir un spectacle absolument époustouflant, qui a profondément marqué la danse contemporaine internationale. Afin de souligner les vingt ans de l’œuvre du réputé chorégraphe et de sa fondation, cette oeuvre sera également présentée dans le cadre d’une tournée québécoise et canadienne, ainsi qu’en tournée internationale au cours de la saison 2004-2005.

JOE
Prisonnier désespérément monochrome de la société, le Joe de Jean-Pierre Perreault s’avère un être humble et fourbu, dont les rugissements soudains et les accès de lucidité sont vite étranglés par le discours dominant. Joe tente vainement d’échapper à la domination du groupe, à un destin tracé d’avance. «Lorsque je regarde Joe maintenant, confiait Jean-Pierre Perreault à Michael Crabb (Dance Connection, Canada) en 1994, j’y vois vraiment l’énoncé de ma vision de la société, de ma perception du comportement en groupe et de notre façon de vivre et de survivre en société. » Dans la même entrevue, il s’empressait toutefois d’ajouter que, pour lui, « chaque Joe est différent et [qu’]aucun d’eux n’est anonyme. Je rappelle toujours aux danseurs que peu importe ce qui arrive aux individus, une flamme persiste toujours en eux; l’âme ne peut être éradiquée. »

Créée en 1984 et dénuée de trame sonore, cette œuvre fut la toute première présentée par la Fondation Jean-Pierre Perreault. La musicalité de Joe repose entièrement sur les pas martelés des danseurs. Son audace, sa puissance et son génie font de Joe « quelque chose d’unique. (...) Par son mouvement, son style énergique et son esthétique, c’est un bijou de la danse moderne. » — Hour, Québec

JEAN-PIERRE PERREAULT
Chorégraphe, scénographe et artiste visuel, Jean-Pierre Perreault a influencé et inspiré toute une génération de chorégraphes et de danseurs. Venu à la danse à la suite de sa rencontre avec Jeanne Renaud, l’artiste reçoit, à partir de 1967, sa formation au sein du Groupe de la Place Royale à Ottawa, groupe dont il assumera ensuite la codirection artistique avec Peter Boneham et pour lequel il créera plusieurs pièces. En 1984, il fondera sa propre compagnie, la Fondation Jean-Pierre Perreault, pour pouvoir exprimer pleinement sa vision artistique.

Entre 1969 et 1983, Jean-Pierre Perreault effectue plusieurs voyages d’études en Europe, en Asie et en Afrique, déplacements au cours desquels il s’intéresse particulièrement à l’architecture, aux arts sacrés ainsi qu’à l’influence du costume et de l’organisation sociale sur le vocabulaire de la danse et de la chorégraphie. Éternel curieux, il côtoie aussi des artistes de plusieurs disciplines auprès desquels il parfait son apprentissage, notamment Marcelle Ferron, Fernand Leduc, Gilles Tremblay et Serge Garant. Ces diverses rencontres ont contribué au développement de son approche globale de la création qui, fait à noter, s’est toujours amorcée par le biais du dessin.

En plus de s’être taillé une solide réputation internationale de chorégraphe — en 1991, le réputé Cullbergbaletten de Suède lui commandait une œuvre pour l’inauguration de la Maison de la danse de Stockholm —, Perreault a également été invité à présenter ses dessins à New York, Anvers, Québec, Montréal, Glasgow, Stockholm et Toronto. L’artiste a aussi fait l’objet de plusieurs publications et émissions de télévision, et une version de Joe a été tournée pour la télévision par la Société Radio-Canada, une réalisation de Bernard Picard. Mentionnons aussi le film L’Odyssée sonore, produit par l’Office national du film du Canada et réalisé par Louis Ricard.

Ses talents et son expérience de pédagogue ont également profité à nombre d’étudiants puisqu’il a enseigné au département de danse de l’Université du Québec à Montréal pendant huit ans.

Jean-Pierre Perreault a reçu le prix Jean A. Chalmers de chorégraphie en 1990 puis, en 1996, le prix Jean A. Chalmers d’excellence en chorégraphie pour l’ensemble de son œuvre. La Fondation Jean-Pierre Perreault s’est vu décerner en 1999 le Grand Prix d’excellence artistique du Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal pour la pièce L’Exil-l’oubli. Enfin, Perreault recevait en novembre 2002 la médaille du Gouverneur général du Canada.

Auteur de plus de cinquante œuvres chorégraphiques, Jean-Pierre Perreault laisse derrière lui un répertoire impressionnant, particulièrement riche et cohérent. On retiendra surtout Joe, bien sûr, mais aussi L’Exil-l’oubli, Les Années de pèlerinage, Eironos et le cycle Adieux.

Avril 2003

Photos : Robert Etcheverry

|HAUT|