| retour |

 

Rimasto Orfano

12, 13 et 14 mai 2005
Théâtre Maisonneuve, Place des Arts

« Comme si Greco, à travers son propre corps, voulait aiguiser notre sensation d’être en vie. » – The Herald, Glasgow

Danse Danse présente Emio Greco | PC, une compagnie qui recueille l’adhésion du public et de la presse internationale partout où elle se produit. En plus de succomber à « l’intensité méphistophélique » de Greco, la critique a tôt fait de qualifier son vocabulaire chorégraphique de « (…) stimulant, original et excentrique [qui] tranche singulièrement avec ce qui se fait actuellement en danse contemporaine. » – The London Times. Placée sous la direction artistique du chorégraphe italien Emio Greco et du metteur en scène hollandais Pieter C. Sholten, Emio Greco | PC fera ses débuts canadiens en proposant Rimasto Orfano (Orphelin abandonné), une œuvre pour cinq danseurs, incluant Greco, interprète dont la présence et la technique sont absolument sidérantes.

Vêtus de longues robes blanches, cinq danseurs androgynes, animés par des forces obscures, investissent la scène. Tel un ring tendu de soie grise au milieu duquel se balance une ampoule solitaire, la scène devient le théâtre d’une lutte à finir entre l’esprit et le corps. L’enjeu : l’harmonie ou... le chaos. Avec son décor impressionnant et la musique obsédante de Michael Gordon, Rimasto Orfano s’avère une œuvre « (...) déchirante, impétueusement et éloquemment rendue par une compagnie rigoureuse. » – Dance Review, Londres

À la recherche de nouvelles formes en danse, Emio Greco et Pieter C. Sholten collaborent depuis 1995. En présentant leur travail sous le label Emio Greco | PC, ils reconnaissent que chaque spectacle résulte de la combinaison de leurs forces respectives. Au cœur du processus d’Emio Greco | PC, une insatiable curiosité pour le corps et ses ressorts internes, et l’exploration de la relation entre la pensée et l’action. Avec une avidité de scientifique et de poète, Emio Greco cherche à comprendre comment les sensations, vagues émotives et mnémoniques se traduisent en gestes, mouvements et expressions faciales, à condition bien sûr que ceux-ci ne soient pas bridés.

Mais, «que vous suiviez ou non la pensée de Greco sur l’interaction entre impulsion et rationalité (...)[,] le mouvement et la chorégraphie sont en eux-mêmes fascinants et merveilleusement interprétés. (...) En contrepoint de fondus contemporains, précis et exubérants, des moments d’immobilité hypnotiques. » – The Herald

Formé en ballet et ayant dansé pour Jan Fabre et Saburo Teshigawa, Emio Greco remportait en janvier 2004 le prix Time Out Live, couronnant le meilleur spectacle dans la catégorie danse pour ses pièces Double Points : One and Two. Ces deux oeuvres ont également été lauréates du Herald Angel au festival international d’Edimbourg. La série Double Points a valu à Greco le Sonia Gaskell Prize for Choreography, obtenu pour « (…) avoir développé en peu de temps une signature fascinante, consistante et novatrice. »

Avril 2004

Site web : www.emiogrecoandpc.nl

Photo : Jean-Pierre Stoop

|HAUT|