| retour |

Danzahoy (Venezuela)
Chorégraphe : Luz Urdaneta

Exodo
20, 21, 22 novembre 2003
Centre Pierre-Péladeau

« Des œillets rouges qui tombent en cascade sur la scène et les costumes noirs des danseurs. Des scènes de groupe à la Pina Bausch. Quelques images d’Exodo ont suffit à enflammer le public de la Biennale de Lyon. »Lyon Figaro, France

Après avoir séduit les publics de l’Amérique du Sud, des États-Unis et d’Europe, la plus célèbre compagnie de danse du Venezuela, Danzahoy, fait sa toute première escale à Montréal avec Exodo, une œuvre vibrante qui flirte sciemment avec le tango. Tout comme Grupo Corpo, la troupe brésilienne qui enflammait le Théâtre Maisonneuve la saison dernière, Danzahoy est aussi une affaire de famille! Ici, ce sont deux sœurs, Luz et Adriana Urdaneta, qui tiennent les rennes de la troupe. Grupo Corpo et Danzahoy, pionnières de la danse actuelle et métissée du continent latino-américain, se rapprochent aussi quant à leur dynamisme, à leur créativité et à leur maîtrise technique. Encore une fois, Danse Danse offre au public la chance d’apprécier les meilleures compagnies de danse contemporaine!

EXODO
« Lorsqu’il pleut des fleurs de sang, les cœurs se serrent. »
Lyon capitale, France

Créée à l’occasion des vingt ans de la compagnie Danzahoy, cette oeuvre met en scène l’exil de l’âme. Ici, le bandonéon mélancolique et la musique entêtante des Mederos, Gardel, Piazzola et Fedel accompagnent quatorze irréprochables interprètes, silhouettes noires transmettant la noblesse sombre du tango, un tango à peine esquissé, afin que n’en subsiste que l’esprit. Comme le confiait la chorégraphe Luz Urdaneta au Lyon Figaro, « l’idée était d’approcher le tango avec ses valeurs, ses sentiments, sans tomber sous sa dictature. Nous voulions donner à la gestuelle un sens dramatique agressif, coupant, sensuel. (...) Le tango n’est pas une musique mais une émotion ». La gestuelle d’Exodo mélange subtilement le joropo, danse traditionnelle vénézuélienne, des attitudes appartenant au tango et un vocabulaire purement contemporain. Fort de ces ingrédients savamment agencés, Exodo exhale un parfum entêtant qui s’étire dans la nuit.

DANZAHOY
Fondée en 1980 par les sœurs vénézuéliennes Luz et Adriana Urdaneta et le Français Jacques Broquet, la compagnie Danzahoy est née dans un esprit de liberté, d’audace et d’ouverture. En établissant cette première compagnie de danse professionnelle au Venezuela, les trois artistes voulaient prouver que ce pays possédait une identité propre. En bonne pionnière, Danzahoy défriche le terrain et favorise l’éclosion d’une scène nationale en produisant des spectacles collectifs et en invitant des chorégraphes à créer pour la compagnie. Composée au départ de cinq danseurs, elle s’installe six ans plus tard dans l’un des plus grands théâtres du pays — et du monde —, le théâtre Teresa Carreno. Danzahoy compte aujourd’hui une cinquantaine de chorégraphies dans ses cartons et se distingue par son esthétique fantaisiste et lyrique que vient parfois teinter un brin d’humour. À découvrir!

Avril 2003

Photos : José C. Gómez

|HAUT|