| retour |

Les 24 Préludes de Chopin
Chorale

31 mars, 1er et 2 avril 2005
Théâtre Maisonneuve, Place des Arts

 

« Des moments de pur génie. » – La Presse

« Chaque chorégraphie est un petit chef-d’œuvre de précision et un moment délicieux d’intelligence. » – Danser, Paris

« Marie Chouinard est en pleine possession de son art, et réjouissons-nous, son imaginaire semble loin d’être tari. » – Le Devoir

Avec l’arrivée du printemps, Danse Danse reçoit une compagnie on ne peut plus de saison : la Compagnie Marie Chouinard. Célébrant la vie, le désir et l’intelligence infinie du corps, cette compagnie présente un programme hautement jouissif : tout d’abord, Les 24 Préludes de Chopin, vingt-quatre bijoux exquis, liés par la musique du grand compositeur polonais, interprétée sur scène pour le plus grand bonheur des spectateurs. Brillante, souriante ou grave, toujours virtuose, chaque courte pièce contribue à édifier «une pièce extrêmement réussie, produit d'une imagination chorégraphique pleinement mûrie.» The Village Voice, New York

En seconde partie, place à Chorale, une œuvre à l’imaginaire joyeusement débridé, peuplée de divinités qui s’appellent, folâtrent, gloussent, hurlent et hululent dans un univers où voix et mouvements sont parties liées. « Chorale (...) est l’une de ses [Marie Chouinard] meilleures pièces .» – Ballettanz, Allemagne

Avec Cristallisation, sa toute première création en 1978, Marie Chouinard s’impose comme une artiste singulière, animée d’une quête d’authenticité communicative. S’ensuivra une longue carrière en solo, qui mènera la chorégraphe et interprète à se produire à travers le monde. Ses nombreux voyages à l’étranger, ses séjours à New York, à Berlin, à Bali et au Népal, sa rencontre avec diverses cultures, techniques et philosophies ont contribué à l’élaboration d’un langage individuel dont la portée, elle, est universelle.

En 1990, la chorégraphe se retire en tant qu’interprète et fonde la Compagnie Marie Chouinard. La création de sa première pièce de groupe en 1991, Les Trous du ciel, est acclamée au Canada, aux États-Unis et en Europe. On y retrouve l’intensité de ses solos, démultipliée par le nombre d’interprètes. Entre 1993 et 2000 suivront le bouleversant et viscéral Sacre du Printemps sur la musique de Stravinski, Le Prélude à l’après-midi d’un faune, L’Amande et le Diamant, Les Solos 1978-1998, Les 24 Préludes de Chopin et enfin, Des feux dans la nuit, un solo de une heure pour interprète masculin, « (…) une exploration inoubliable de la psyché masculine, de la virilité à la fragilité. » – Toronto Star

En 2000, on assiste à la naissance du Cri du monde, une chorégraphie pour dix interprètes, suivie en 2001 d'Étude no 1, un solo pour une femme sur la musique de Louis Dufort, traitée en temps réel. En 2003, Marie Chouinard réalisait son tout premier film, Cantique no 1, qui remportait le Prix de la meilleure interprétation pour la prestation de Carol Prieur et de Benoît Lachambre au festival Moving Pictures de Toronto. Enfin, en juin 2003 avait lieu la première mondiale de Chorale dans le cadre de RED Reggio Emilia Danza en Italie. .

À travers la douzaine d’œuvres créées pour sa compagnie, la chorégraphe a réussi à inventer des structures formelles dans lesquelles une humanité profonde et primordiale peut se libérer et toucher l’imaginaire. En explorant l’intelligence intime du corps et la complexité inépuisable de ses articulations, en élaborant des constructions formellement achevées, Marie Chouinard parvient à faire sentir la fragilité de l’être dans le cosmos, la joie brûlante d’exister, dans une quête constamment renouvelée de vérité et de beauté.

L’œuvre de Marie Chouinard comprend plus d’une cinquantaine de pièces, notamment des « actions-performance », installations, œuvres vocales et un film. Toutes, elles reflètent l’approche unique de la chorégraphe, pour qui la danse est un art sacré.

La contribution remarquable de Marie Chouinard au monde de la danse et des arts fut soulignée à maintes reprises. En 2003, elle recevait le prix du Centre national des Arts d’Ottawa dans le cadre des Prix du Gouverneur général du Canada pour les arts de la scène et le Prix Chorégraphie de la Société des auteurs et des compositeurs dramatiques à Paris. Lauréate d’un prix Bessie à New York (2000), elle a aussi reçu le prix Paper Boat à Glasgow pour le Sacre du printemps en 1994, le prix Jean A. Chalmers de chorégraphie en 1987 et le prix Jacqueline-Lemieux en 1986.

Avril 2004

Site web : www.mariechouinard.com

Photo : Marie Chouinard

|HAUT|