Eastmanvzw  

Eastmanvzw


GAMAKA
16. 17. 18. 19. 20. NOV. 2011, à 20 h
CINQUIÈME SALLE


NAMASYA
22. 23. 24. 25. 26. NOV. 2011, à 20 h
CINQUIÈME SALLE

Elle a dansé pour Pina Bausch, Maurice Béjart, Bartabas, Peter Brook; elle est sublime; elle s’appelle Shantala Shivalingappa. Elle sera à Montréal avec deux programmes mettant en valeur sa grâce, son éloquence et sa virtuosité. On la découvre tout d’abord à travers le kuchipudi, une forme de danse classique indienne où, suivant la tradition, la soliste s’entoure de musiciens pour incarner des personnages de légendes dans un exubérant dialogue corps-instruments. La semaine suivante, elle remonte sur scène avec un programme contemporain où brillent les Pina Bausch et Ushio Amagatsu (Sankai Juku). Le public de Danse Danse aura donc le privilège d’apprécier deux facettes de cette ravissante danseuse : une primeur montréalaise à ne pas manquer.

« Parmi toutes les danseuses et les compagnies de danse qui font leurs premiers pas dans la région de la baie de San Francisco cette saison, aucune ne dégage l’aura mystique de la lumineuse danseuse classique indienne Shantala Shivalingappa. » (San Francisco Chronicle)

Gamaka – Récital de kuchipudi pour quatre musiciens et une danseuse

Gamaka  

photo © C.P. Satyajit. Interprètes : Shantala Shivalingappa, Ramakrishnan Neelamani, Ramesh Jetty, Jayaram Kikkeri Suryanarayana.

 

En musique classique indienne, le mot gamaka désigne la vibration sonore entre les notes. Et selon Shantala Shivalingappa, « toute création est vibration. À différents niveaux de fréquences, de formes et d’intensités, le centre de toutes les choses vibre, d’un tremblement infinitésimal, aux secousses les plus violentes. Le mouvement, le rythme, le son, la mélodie, la poésie se fondent dans la danse; autant de résonnantes vibrations qui se font écho, se jouent les unes des autres, s’évitent ».

Créée au Théâtre de la Ville de Paris en 2007, Gamaka propose une suite de cinq œuvres chorégraphiées et dansées par Shantala Shivalingappa. Dans la plus pure tradition du kuchipudi, Gamaka lie musique, danse pure et danse narrative; Shantala s’y révèle une interprète remarquable. Sa maîtrise absolue du mouvement et sa subtilité dans l’expression d’émotions complexes sont exemplaires.

« Peu de danseurs de ballet savent faire ce que bon nombre de danseurs indiens maîtrisent : un balayage du bras tout simple à la fois somptueux d’un point de vue géométrique et capable d’embrasser la Voie lactée. […] Ses musiciens sont tout aussi envoûtants. Dès la première note […], un grand silence s’est fait dans le théâtre, comme si chacun des spectateurs était tendu vers l’avant. […] La complexité du rythme est à elle seule incroyable; les musiciens et madame Shivalingappa suivent ce rythme dans un jeu élégant et allègre d’appels et de réponses, tissant un riche canevas de sons et de sens. » (The New York Times)

Namasya

Namasya  

photo © Nicolas Baudier. Interprète : Shantala Shivalingappa

 

Également créée au Théâtre de la Ville de Paris en 2007, Namasya propose un programme de quatre soli : un de son cru, intitulé Shift; Ibuki d’Ushio Amagatsu, directeur artistique de Sankai Juku; Smarana de Savitry Nair, spécialiste de danse indienne et mère de la danseuse; ainsi que Solo, une pièce de Pina Bausch dansée sur la musique de Ferran Savall, digne fils de son père, le gambiste, compositeur et chef Jordi Savall.

La danseuse décrit Ibuki (souffle vital) comme « l’histoire d’une journée, du lever au coucher du soleil. Pour chaque geste, [Amagatsu] me donne des images, des respirations, des idées, si bien que j’ai l’impression que le plateau est entièrement rempli de fleurs, de miroirs qui se brisent, de couleurs, de sensations, alors que je suis seule en scène ».

« C’est la sensualité incandescente de la jeune Shantala Shivalingappa, établie à Paris, qui a électrifié le public essentiellement belge. […] Un spectacle doté d’une grande force d’expression et empreint d’une grande vivacité, où un unique mouvement du corps peut évoquer à la fois la passion et la grâce. » (De Morgen)

Shantala Shivalingappa

Née à Madras, en Inde, et élevée à Paris, Shantala est une enfant de l’Orient et de l’Occident. Elle a grandi dans un monde rempli de danse et de musique, arts qui lui ont été transmis très tôt par sa mère, la danseuse Savitry Nair. Shantala s’est consacrée au kuchipudi après avoir été profondément touchée et inspirée par le style pur et gracieux du maître Vempati Chinna Satyam, auprès de qui elle a suivi une formation intense et rigoureuse. Poussée par un ardent désir de faire connaître le kuchipudi à l’Occident, elle donne des spectacles dans le cadre d’importants festivals et dans des salles prestigieuses, récoltant les louanges et suscitant l’admiration.

Acclamée comme une danseuse unique par des artistes et des connaisseurs tant en Inde qu’en Europe, Shantala allie une technique parfaite et une grâce fluide avec une très grande sensibilité. Également douée pour la danse contemporaine, elle a aussi été invitée à travailler avec Maurice Béjart (1789... et nous), Peter Brook (pour qui elle interprète d’abord Miranda dans La Tempête, puis Ophélie dans La Tragédie d’Hamlet) et Bartabas (Chimère). Au sein de la compagnie de Pina Bausch, elle a participé à la création d’O Dido, de Néfès et de Bamboo Blues. À l’automne 2009, elle cochorégraphiait et interprétait le duo Play avec Sidi Larbi Cherkoui.

Aujourd’hui, Shantala partage son temps entre la création de nouvelles chorégraphies de kuchipudi, les tournées de ses spectacles et des collaborations avec différents artistes de la scène internationale. 

Kuchipudi

Forme de danse classique indienne, le kuchipudi s’est développé autour du XVe siècle dans un village du même nom, situé dans l’état de l’Andhra Pradesh, au sud de l’Inde.

Comme chaque type de danse classique indienne, sa technique est ancrée dans le Natya Shastra, un traité d’art dramatique vieux de 2 000 ans qui présente une codification très précise et extrêmement élaborée de la danse, de la musique et du théâtre.

Le kuchipudi a également subi l’influence des traditions populaires de la danse et de la musique folkloriques destinées à exalter l’esprit de dévotion. Il en résulte un style à la fois rigoureusement classique, extrêmement évolué et structuré, mais aussi très vivant, fluide et gracieux. Le kuchipudi fait appel aux procédés habituels de danse pure et de danse narrative. La première est abstraite; le jeu des pieds marque les motifs rythmiques complexes de la musique d’accompagnement tandis que, de la tête au bout des doigts, le reste du corps suit, parfois avec une précision énergique, parfois avec des mouvements fluides et gracieux. La danse narrative illustre, quant à elle, un aspect de l’histoire, du poème ou du récit raconté par la chanson. Chaque partie du corps est utilisée pour donner vie au texte; les gestes des mains – les mudras – sont codifiés dans un langage très précis et les expressions du visage sont stylisées afin de transmettre une large palette d’émotions et de sentiments.

Ainsi, le kuchipudi est une combinaison harmonieuse de deux aspects : le danseur y fait alterner des séquences de danse pure, rythmiques, brillantes, pleines de vivacité, de beauté et de grâce, avec des moments de narration tirés de la mythologie hindoue, où domine l’utilisation des gestes, des expressions du visage et du langage corporel. Les représentations de kuchipudi sont accompagnées par un orchestre classique comprenant une flûte, une vînâ (instrument à cordes) et des percussions, ainsi que du chant. La danse, la musique et le rythme forment un tout où chaque élément existe en relation aux autres.

Durées Gamaka 1 h 25 / Namasya 1 h

Crédits
GAMAKA

Conception, direction artistique et interprétation Shantala Shivalingappa • Création lumières Nicolas Boudier • Régie Lumières Denis Chapellon • Création vidéo Alexandre Castres • Régie vidéo Baptiste Klein • Production Per Diem & Co / Pierre Barnier • Coproduction Théâtre de la Ville, Paris • Création au Théâtre de la Ville - Les Abbesses – Paris (2007) • I- Ibuki « Souffle Vital »Chorégraphie et costume Ushio Amagatsu • Musique Yoichiro Yoshikawa • II- Solo. Chorégraphie créée lors d'une résidence au Tanztheater Wuppertal-Pina Bausch • Musique Ferran Savall • Costume Marion Cito • III- Shift. • Chorégraphie Shantala Shivalingappa • IV- SmaranaChorégraphie Savitry Nair • Musique traditionnelle du Nord de l'Inde.

NAMASYA
Conception, direction artistique et interprétation Shantala Shivalingappa • Création lumières Nicolas Boudier • Régie Lumières Denis Chapellon • Création vidéo Alexandre Castres • Régie vidéo Baptiste Klein • Production Per Diem & Co / Pierre Barnier • Coproduction Théâtre de la Ville, Paris • Création au Théâtre de la Ville - Les Abbesses – Paris (2007) • I- Ibuki « Souffle Vital »Chorégraphie et costume Ushio Amagatsu • Musique Yoichiro Yoshikawa • II- Solo. Chorégraphie créée lors d'une résidence au Tanztheater Wuppertal-Pina Bausch • Musique Ferran Savall • Costume Marion Cito • III- Shift. • Chorégraphie Shantala Shivalingappa • IV- SmaranaChorégraphie Savitry Nair • Musique traditionnelle du Nord de l'Inde.

 

 

Hyperliens
www.shantalashivalingappa.com
www.youtube.com

www.youtube.com
www.indereunion.net
mouvement.over-blog.com
www.londondance.com

Cidrerie du Minot

HAUT