English

Hofesh Shechter Hofesh Shechter

« Quel que soit le standard de référence […] Dis/(sol/ve)r est extraordinaire. » (The Dance Current)

Toronto Dance TheatreLa compagnie Toronto Dance Theatre est de retour à Montréal avec la plus récente création de son directeur artistique, Christopher House. Doté d’un immense talent et considéré comme le plus imprévisible des chorégraphes canadiens, House prend plaisir à réinventer une fois de plus son vocabulaire gestuel dans Dis/(sol/ve)r. Dansée par neuf interprètes, la pièce met en relief le caractère aléatoire et évanescent des rencontres, des amours.

« Astucieuse, convaincante et rendue par de superbes danseurs, Dis/(sol/ve)r enchante […] Voilà une autre œuvre aux multiples niveaux de signification conçue par le maître chorégraphe Christopher House. » (The Globe and Mail)

Dis/(sol/ve)r

Inspirée de la théorie du mouvement des particules élémentaires, Dis/(sol/ve)r évoque les forces invisibles responsables des phénomènes d’attraction, de répulsion, de dispersion. Au cœur de l’œuvre cependant, c’est de dissolution dont il est question : dissolution de l’amour, évanouissement des relations, qu’elles soient affectives, familiales, amicales. Les liens se tissent puis se défont, et les passions les plus brûlantes s’éteignent avec le temps, complice naturel de la dispersion, de la disparition.

TDT« La pièce la plus recherchée et la plus intrigante parmi les œuvres récentes de Christopher House, une œuvre dont la conception subtile captive pendant la représentation et laisse pensif longtemps après la tombée du rideau. » (stageandpage.com)

Créée en première mondiale à Toronto le 18 novembre 2008, Dis/(sol/ve)r dévoile une nouvelle facette de l’univers de Christopher House. Réputé pour façonner son vocabulaire gestuel en fonction des thèmes exploités, House donne ici une qualité encore inédite à son mouvement : « Avec ses angles, ses distorsions, ses flexions et ses élans brusques, [Dis/(sol/ve)r] ne ressemble à aucune autre de ses chorégraphies. » (The Globe and Mail)

Christopher House
« J’aime apprendre de nouvelles choses. Chaque fois que j’amorce la création d’une pièce, je pose des questions auxquelles je ne peux répondre. Il s’agit de s’aventurer sur des terrains d’expérimentation inédits et de s’amuser. »

Directeur artistique de la compagnie Toronto Dance Theatre (TDT) depuis 1994, Christopher House est l’un des chorégraphes parmi les plus en vue au Canada. Né à St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador), il a étudié les sciences politiques et la philosophie avant de se tourner vers la danse. Se considérant comme un « enthousiaste » plutôt que comme un intellectuel, House est animé d’une insatiable curiosité. Son vif intérêt pour la science, les voyages, les arts visuels, la littérature et le cinéma nourrit son travail de création. Christopher House se dit aussi inspiré par la personnalité et le talent des 12 danseurs de la compagnie – presque tous issus de l’école du TDT – et par sa collaboration avec les créateurs associés à chacune des productions.

Parmi ses premières chorégraphies, Glass Houses et Vena Cava ont été saluées par le New York Times pour leur « brillance cinétique ». De son côté, le Globe and Mail soulignait « l’adresse et la vision formidables » présentes dans ces pièces. Depuis la création de Nest en 2000 – offerte à Danse Danse en 2001 –, Christopher House continue de créer des œuvres multidisciplinaires, telles Severe Clear et Persephone’s Lunch (Danse Danse 2002), où le chorégraphe explore des thèmes comme le processus créatif, l’ambiguïté des signes et la fabrication de la mémoire. Ses plus récentes œuvres destinées au TDT sont Timecode Break (2006) et Chiasmata (2007). À l’affiche de Danse Danse en 2007, Timecode Break était notamment désignée « meilleure œuvre canadienne » par le Globe and Mail en 2006 et remportait trois prix Dora Mavor Moore en 2007 : meilleure chorégraphie, meilleure production, meilleure musique/trame sonore.

En marge de ses activités reliées au TDT, Christopher House a chorégraphié des œuvres pour des compagnies comme le Ballet Gulbenkian, le Ballet national du Canada, Les Grands Ballets Canadiens et le Ballet British Columbia, ainsi que pour des artistes tels Peggy Baker, Laurence Lemieux et Guillaume Côté.

En tant qu’interprète, Christopher House a dansé dans ses propres créations ainsi que dans les œuvres de chorégraphes parmi lesquels on note Sarah Chase, Peter Chin, David Earle, James Kudelka, Mark Morris, Peter Randazzo et Deborah Hay. Artiste invité aux Grands Ballets Canadiens de Montréal, il a dansé le rôle-titre dans Petrouchka de Michel Fokine. Son adaptation de News de Deborah Hay fut créée en décembre 2006 à Toronto et reprise au Festival Danse Canada en juin 2008.

En 2003, Christopher House réalisait un premier court métrage; intitulé Falling Gothic Green, le film a été présenté au festival Moving Pictures de Toronto et dans le cadre d’autres festivals au Canada, en Europe et en Asie.

Pédagogue de grande réputation, House enseigne à l’école du Toronto Dance Theatre. Il a également donné des cours à l’Université Simon Fraser, à la Juilliard School de New York, aux Ateliers de danse moderne de Montréal, à Jacob’s Pillow (Massachusetts) et à l’Académie de danse de Rotterdam.

tdtToronto Dance Theatre

Dédiée à la création d’œuvres canadiennes originales, la compagnie Toronto Dance Theatre célébrait ses 40 ans en 2008. Fondé par Patricia Beatty, David Earle et Peter Randazzo, tous formés à l’école de Martha Graham, l’organisme a eu une profonde influence sur la danse au pays. Lieu d’expression et d’enseignement de la danse moderne et contemporaine, le TDT fut d’abord placé sous la direction artistique de ses fondateurs. En plus d’y présenter leur travail, ceux-ci accueillirent aussi d’autres chorégraphes, comme James Kudelka et Tedd Robinson. En 1994, Christopher House est nommé directeur artistique de TDT. Depuis, House a fait de Toronto Dance Theatre une compagnie d’envergure internationale, renommée pour sa danse originale, intelligente et stimulante. À l’hiver 2009, TDT présentait Up Until Now, une œuvre de la chorégraphe Deborah Hay.

En plus de se produire régulièrement au Harbourfront Centre de Toronto et dans sa propre salle, le Winchester Street Theatre, la compagnie présente ses œuvres partout au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie. Par ailleurs, le TDT a mis sur pied des programmes comme Four at the Winch, une série de spectacles créés par des chorégraphes émergeants, où l’expérimentation et la prise de risques sont encouragées. Son activité intitulée The Process Revealed, par ailleurs très courue, consiste en une série de présentations suivies de discussions avec le public. Son objectif est de démythifier le processus créatif et de se rapprocher des spectateurs.

Toronto Dance Theatre gère également une école de danse qui compte un programme professionnel d’où ne cessent d’émerger d’excellents interprètes.

CRÉDITS :

Dis/(sol/ve)r (2008)

Chorégraphie : Christopher House
Décor : Cheryl Lalonde
Costumes : Philip Sparks
Musique : Phil Strong
Photos : David Hou

www.tdt.org

 

Durée : 65 minutes – sans entracte

 

|HAUT|