| retour |


Québec

En 2002, Danse Danse accueillait Hélène Blackburn et sa compagnie Cas Public pour la présentation de Courage mon amour. Et voilà qu’elles nous reviennent avec la première mondiale de Suites cruelles, une  ambitieuse création pour 9 danseurs et 2 pianistes. Misant sur une gestuelle combinant la rigueur du ballet à l’abandon de la danse contemporaine, Hélène Blackburn  propose une incursion en zone trouble, où plaisir et douleur se  confondent. L’œuvre Suites cruelles sera dansée entre autres sur la musique d’Ana Sokolovic, collaboratrice de Courage mon amour et  lauréate du prix Opus 2006 – Compositeur de l’année. Un spectacle d’envergure,  à la mesure du talent de la chorégraphe.

 
 

Suites cruelles marque le retour d’Hélène Blackburn à la création pour adultes après trois années consacrées à la production et à la diffusion de Barbe Bleue et de Journal intime/Diary, deux pièces destinées respectivement aux enfants et aux adolescents. L’enthousiasme des jeunes et la qualité de ces spectacles furent tels, que la compagnie a sillonné le Québec, la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne au cours des trois dernières années.

Lors de la présentation de Barbe Bleue à l’Opéra Bastille, à Paris, Le Nouvel Observateur écrivait : « Rarement dialogue entre les mots et les corps aura été aussi fructueux. Monté par Hélène Blackburn, le conte de Perrault prend une résonance nouvelle. (…) Les six danseurs passent d’un langage à l’autre avec une fluidité confondante. Chaque recoin du texte est exploré, répété, réinterprété jusqu’à livrer tous ses secrets. » Le Figaroscope ajoutait : « Les épisodes sont traduits en somptueux ballets, en diaporama d’images ou en tableau sonore et dansé. (…) Une œuvre utile et splendide. »

Journal intime/Diary, une œuvre sur l’amour destinée aux adolescents, fut créée au Centre national des Arts d’Ottawa à l’hiver 2006. Les adolescents adorent, la critique acquiesce; le succès est donc immédiat. « Neuf danseurs s’élancent dans une suite de duos enlevés, tangos doux-amers, presque violents de fougue et d’intensité. (…) Parfois, discours, chansons et images vidéo de baisers rivalisent joyeusement avec le mouvement. (…) Journal intime joint admirablement le travail jeune public d’Hélène Blackburn à ses œuvres pour adultes. » (Le Devoir)

Fort réussi, Journal intime/Diary venait prouver encore une fois la maîtrise de la chorégraphe et incitait Danse Danse à soutenir la création d’Hélène Blackburn en lui commandant une œuvre pour adultes pour sa saison 2007-2008. Danse Danse souhaite ainsi contribuer au développement et à l’appui des chorégraphes québécois et canadiens. La compagnie bénéficiera par ailleurs de résidences de création auprès de quelques diffuseurs québécois dans le cadre de ce projet de création.

Cas Public
En 1989, Hélène Blackburn fonde une compagnie qu’elle baptise Cas Public, un nom qui exprime ses convictions quant au travail collectif et au rôle de l’artiste dans la société. Depuis, Cas Public s’est taillée une réputation internationale avec des œuvres comme Incarnation (1998), Suites furieuses (1995) et Bestiaire (1994). Toujours bien ancrée dans la réalité culturelle québécoise, Cas Public multiplie les efforts pour initier le public à la danse actuelle. Dans cette optique, Cas Public s’aventure sur le terrain du spectacle jeune public en 2001 avec Nous n’irons plus au bois, spectacle qui a plus de 300 représentations à son actif. Suivent ensuite Barbe Bleue (2004), toujours en tournée canadienne et européenne en 2007, et enfin Journal intime/Diary, une coproduction du Centre national des Arts.

La réputation de Cas Public, une compagnie reconnue pour sa danse performante, repose sur la qualité exceptionnelle de ses créations et une présence assidue sur la scène nationale et internationale.

Hélène Blackburn
Lauréate du prix Jacqueline-Lemieux (1990) du Conseil des Arts du Canada et du prix chorégraphique Bonnie Bird pour l’Amérique du Nord (1999) remis par le prestigieux Centre Laban à Londres, Hélène Blackburn se lançait dans la création chorégraphique en 1983. Depuis, elle a créé une vingtaine d’œuvres et réussi à s’imposer sur la scène de la danse contemporaine canadienne et européenne. Ses chorégraphies, très exigeantes physiquement, ont toujours une composante théâtrale très importante.

En plus de chorégraphier pour Cas Public, Hélène Blackburn est souvent invitée à créer pour d’autres compagnies ou pour des interprètes. Au cours des deux dernières années, elle créait notamment Dance, Love, Sex and Other Little Details pour Bare Bones, la compagnie résidente de DanceXchange, basée à Birmingham, et Chase the Glowing Hours with Flying Feet, pour la compagnie de danse nationale galloise Diversions, œuvre qui a été présentée avec succès à la British Platform.

Pédagogue recherchée, Hélène Blackburn collabore, à titre d’enseignante et de chorégraphe, avec les principaux centres de formation professionnelle en danse au Canada et en Europe, comme Les Ateliers de danse moderne de Montréal (LADMMI), l’Université Concordia, l’UQÀM, l’École supérieure de danse du Québec, le Centre Laban à Londres et l’Accademia di Danza à Venise.

Durée : non déterminée

www.caspublic.com

Crédits
Suites cruelles ou le diable est dans les détails
(création mondiale au cours de la saison Danse Danse)
Chorégraphie : Hélène Blackburn, avec la précieuse collaboration des danseurs
Direction des répétitions : Sophie Michaud
Danseurs : Sarah Desrosiers, Roxane Duchesne-Roy, Sébastien Forgues, Claudine Hébert, Kyra Jean Green, Pierre Lecours, Susan Paulson, Bennyroyce Royon, Georges-Nicolas Tremblay - Gabrielle Cousineau (en congé de maternité)
Danseurs apprentis : Simon Ampleman, Roxanne Bouvrette
Pianistes : Laurier Rajotte, Matthieu Fortin
Percussions : Roxane Duchesne-Roy
Musique pour piano : Ana Sokolovic, Fugue pour gg, Danse 6, Toccata, Interlude fantomatique, Interlude bouche, Danse 4, Danse 3, Une journée d'automne, Étude, Malinconico
Direction musicale des pianistes pour les oeuvres d’Ana Sokolovic : Véronique Lacroix
Musique pour percussions : Mario Roy
Improvisation pour piano : Laurier Rajotte, Floorburns
Chansons : Der Tod und das Mädchen de Franz Schubert arrangées par Laurier Rajotte, These Boots Are Made for Walkin’ écrite par Lee Hazlewood et chantée par Nancy Sinatra. Les textes de Suites Cruelles, choisis par Hélène Blackburn et les interprètes, sont extraits des écrits de Frederic Nietzsche, Chantal Thomas, David Le Breton, Marquis de Sade et Leopold von Sacher-Masoch.
Slam : Louis-Dominique Lavigne
Lumière : Andréanne Deschênes
Environnement sonore : Samuel Thériault
Costumes : Annie Gélinas
Coupe des costumes : Marie-Andrée de Courval
Confection des costumes : Annie Gélinas et Marie-Andrée de Courval
Vidéo : L E M M (Martin Lemieux)
Coiffure : Martin Morissette (Salon Lutèce)
Chaussures : Luigi Luzio (Angelo Luzio)

Photo 1 Leda & St.Jacques | Danseurs Suzan Paulson et Pierre Lecours, photo 2 Rolline Laporte

 

|HAUT|