| retour |


Taïwan

« Le mouvement innovateur créé par Lin Hwai-min le range parmi les chorégraphes les plus fascinants de la scène mondiale actuelle; un maître qui fusionne l’Orient et l’Occident, l’ancien et le nouveau en une vision qui lui est propre. » (Chicago Tribune)

Chaleureusement accueillie lors de son passage à Montréal en 2004 avec le magnifique Moon  Water, la compagnie Cloud Gate Dance Theatre of Taiwan donne le coup d’envoi à la programmation dixième anniversaire de Danse Danse. Dirigée par Lin  Hwai-min, élu « chorégraphe du XXe  siècle » par le magazine Dance  Europe, la troupe vient présenter Wild  Cursive, troisième et dernier volet d’un triptyque inspiré de la calligraphie chinoise, une discipline artistique rigoureuse et hautement révérée en Orient. Mondialement célébrée pour son langage unique et ses danseurs à la technique sans faille, la compagnie Cloud Gate Dance Theatre of Taiwan sera sur la scène du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts les 20, 21 et 22 septembre  2007.

Écrire avec le corps dans l’espace
La chorégraphie Wild Cursive a été créée en première mondiale en novembre 2005, à Taïwan. Son titre - en chinois, Kuang Tsao - fait référence à la forme la plus évoluée et la plus libre de tous les styles calligraphiques. Le Kuang Tsao libère la graphie de toute convention et, à travers
l'éloquence de son abstraction, révèle l'état d'esprit de l'artiste. À l'instar du Kuang Tsao, Wild Cursive mise sur la virtuosité et l'expressivité.

 
 

« Wild  Cursive est l’œuvre la plus impressionnante de Lin Hwai-min depuis des années; la danse y est réduite à son essence. » (Taipei  Times)

Découpée en 12 tableaux, l'ouvre réunit 19 prodigieux interprètes qui
font alterner avec le même naturel les ralentis contemplatifs et les accélérés vertigineux. Sur scène, de longues bandes de papier de Chine blanc descendent jusqu'au sol en cascade, chacune imbibée de filets d'encre sinueux dont les méandres dessinent des figures abstraites et fantaisistes. Avec une agilité exceptionnelle, les danseurs s'assemblent, se dispersent, jouent avec la transparence du papier et forment des caractères inattendus dans l'espace. Tout le long de l'ouvre, le souffle des danseurs, qui émane du Dan Tian, au plus profond de leur torse, alimente un courant sous-jacent et subtile. Leurs chants organiques et le bruit de leurs pas lourds enrichit le paysage musical déjà formé par des chant de cigales, des rafales de vent, des vagues qui se brisent sur des galets, un bruit de goutte à goutte, de la pluie, des cornes de brume et des cloches de temple.

« La manière dont les lignes se fondent les unes dans les autres pendant les mouvements d’ensemble, la façon dont l’énergie irradie dans toutes les directions avant de se concentrer à nouveau, tout cela est d’une grande beauté visuelle. Les danseurs de Cloud Gate, comme l’artiste calligraphe, savent coordonner corps et esprit. » (Der Taggesspiegel. Allemagne)

Genèse d’une trilogie
Cursive: A Trilogy est une série événement de Lin Hwai-min, marquée par un style de mouvements révolutionnaire combinant disciplines corporelles chinoises traditionnelles et idées chorégraphiques inspirées par l’esthétique de la calligraphie chinoise.

Depuis plusieurs années, sous la direction de Lin Hwai-min, Cloud Gate explore les disciplines corporelles chinoises traditionnelles, dont la méditation, les arts martiaux et le tai-chi tao yin, une ancienne forme de chi kung. Les résultats de la formation suivie par les danseurs ont pu être appréciés dans Songs of the Wanderers (1994) et Moon Water (1998), deux œuvres chaudement applaudies dans des festivals et des salles de spectacle du monde entier.

Après avoir étudié des chefs-d’œuvre de la calligraphie chinoise, le chorégraphe notait : « Plus que le trait d’encre sur le papier, l’art calligraphique révèle l’énergie du créateur. » Celle-ci est donc à l’origine de la trilogie Cursive, où Lin  Hwai-min établit un parallèle entre le tracé des caractères et celui des mouvements; le pinceau danse sur le papier, le corps écrit dans l’espace.

Cloud Gate Dance Theatre of Taïwan
En 2003, le gouvernement de Taïpei proclamait le 21 août « premier jour du trentième anniversaire de Cloud Gate Dance Theatre », en reconnaissance de sa contribution à la vie culturelle de Taïpei. Il nommait aussi « Cloud Gate Lane » le passage qui abrite les locaux de la
compagnie, un honneur accordé pour la première fois à un organisme artistique toujours actif. C'est dire la notoriété de la compagnie.

Cloud Gate, c'est-à-dire « la porte des nuages » , serait le nom d'une danse rituelle datant d'environ 5 000 ans, soit la plus ancienne que l'on connaisse en Chine. Et c'est le nom que choisissait Lin Hwai-min lorsqu'il fonde, en 1973, la première compagnie de danse contemporaine à voir le jour au sein d'une communauté de langue chinoise.

Le répertoire de Cloud Gate Dance Theatre of Taiwan plonge ses racines dans les mythes anciens, le folklore et l'esthétique de la culture chinoise, auxquels il donne une perspective contemporaine et universelle. La compagnie se compose de 24 danseurs qui maîtrisent le ballet et la danse moderne, mais aussi le tai chi tao yin (une forme ancienne de chi kung), la méditation, les arts martiaux, l'opéra chinois et la calligraphie chinoise.

La compagnie taïwanaise a été applaudie à maintes reprises en Europe, en Asie, en Australie et en Amérique du Nord et du Sud, notamment au Next Wave Festival de New York, au Sydney 2000 Olympic Arts Festival, à la Biennale de Lyon, aux festivals de Melbourne, d'Adélaïde et de Berlin, au festival célébrant le 25e anniversaire du Pina Bausch - Tanztheater Wuppertal, au Sadler' s Wells Theatre et au Barbican Theatre de Londres, au Deutsche Oper Berlin et au Kennedy Center de Washington.

 
 

Lin Hwai-min
Qualifié de « géant incontesté en Asie » par le South China Morning Post de Hong Kong, Lin Hwai-min a étudié les mouvements de l'opéra chinois à Taïwan; la danse moderne à New York et les danses classiques de cour au Japon et Corée. Fondateur et directeur artistique de la compagnie Cloud Gate Dance Theatre of Taiwan, Lin Hwai-min est lauréat de prix prestigieux et titulaire de plusieurs doctorats honorifiques; en 1999, il recevait, entre autres, le prix Ramon Magsaysay, aussi nommé le prix Nobel de l' Asie. L'année suivante, aux côtés des Pina Bausch, Jirí Kylián, Merce Cunningham et William Forsythe, il figure parmi les « chorégraphes du XXe siècle » sélectionnés par le magazine Dance Europe. « Son influence sur l' évolution de la danse en Asie n' est pas moins significative que l' impact qu'ont eu William Forsythe et son Ballet Frankfurt en Europe. » (Dance Europe)

En 2006, la célébrissime étoile du ballet Sylvie  Guillem commandait un solo à Lin  Hwai-min dans le cadre de Sacred  Monsters, un programme partagé avec Akram  Khan. On se rappelle qu’Akram  Khan a emmené pour la première fois sa compagnie à Montréal au cours de la saison 2005-2006, à l’invitation de Danse Danse.

Lin Hwai-min fondait, en 1983, le département de danse de la National Taipei University for the Arts, département qu’ il a présidé durant cinq  années. Depuis 2000, il agit également comme directeur artistique de Novel Dance Series, une plate-forme destinée à présenter des compagnies et des artistes contemporains de réputation internationale. Le créateur a aussi fait une incursion du côté de l’opéra avec les mises en scène de Rashomon (1996) au Graz Opera en Autriche, qui a ravi la critique, et d’une brillante Tosca (2002) avec l’ Orchestre symphonique national de Taïwan.

Lin Hwai-min est également un auteur au talent célébré; ses œuvres de fiction, dont la nouvelle Cicada, un succès de librairie ,ont été traduits en anglais et publiés aux États-Unis.

Durée : 70 minutes sans entracte

www.cloudgate.org.tw

Crédits
Chorégraphie : Lin Hwai-min
Musique : Jim Shum, Liang Chun-mei
Concept : Lin Hwai-min
Consultant technique : Austin Wang
Réalisation : Hung Wei-ming
Encre et papier : Chung Rhy Special Paper, Union Chemical Laboratories of Industrial Technology Research Institute
Conception des éclairages : Chang Tsan-tao
Conception des costumes
: Sammy Wang
Commande : Yong Lin Foundation, National Chiang Kai-Shek Cultural Center, R.O.C.
Coproduction : The Dance Center of Columbia College Chicago with support from The Joyce Foundation and Alphawood Foundation . Haus der Kulturen der Welt, Berlin

Photos 1 et 3 LIU Chen-hsiang, photo 2 LIN Ching-yuan

|HAUT|