| retour |

Israël

La Batsheva Dance Company, l’une des troupes favorites du public de danse contemporaine, est placée sous la direction artistique d’Ohad Naharin. Elle intégrera pour la première fois le calendrier de Danse Danse pour venir présenter Bertolina, une œuvre tonique, généreuse et obsédante de Sharon Eyal. Danseuse et chorégraphe en résidence au sein de la célèbre compagnie israélienne, Eyal livre ici une pièce à l’énergie brute, dont la puissance et le caractère débridé fait l’effet d’un raz-de-marée.

« Impossible de ne pas être complètement aspiré par l’action sur scène, de ne pas vouloir rejoindre les danseurs et participer à ce défoulement frénétique. » (Yedioth Ahronot , Israël)

Bertolina
Créée en 2006, Bertolina monopolise 20 danseurs, investis corps et âmes dans cette chorégraphie haletante, sensuelle et terrienne, où le plaisir avoisine la transe. Entourée de 19 interprètes chevronnés, Sharon Eyal se lance dans un ballet rythmé où la danse est époustouflante; la musique, irrésistible; et les costumes, géniaux. Tantôt inspirés d’habits aristocratiques du XVIIIe siècle, tantôt de kimonos ou d’habits de sport, ils sont harmonisés par les tons de gris des dessins tracés sur chacun d’entre eux. On a aussi droit à des porte-jarretelles, réels ou peints directement sur la peau, à des bas aux nuances d’argent ou d’or, à des cagoules, à des masques et à bien d’autres trouvailles qui ajoutent à l’originalité et à l’attrait de Bertolina.

 
 

« Il y a longtemps qu’on n’avait pas eu accès à autant de volupté et de richesse dans l’invention et les personnages. (…) Les structures débordantes et le rythme entêtant forment un discours sans mots sur la vie pure, avec ses appétits et ses passions, dont la disparition signifie la mort. (…)  La clarté du mouvement dans sa danse est telle que la splendeur féminine devient d’une somptuosité plus grande que nature, digne des déesses. » (Gabi Aldor, Israël)

Sharon Eyal
Née en Israël en 1971, Sharon Eyal est l’une des ravissantes interprètes de la Batsheva Dance Company depuis plus de 10 ans. Au sein de la compagnie, elle a pu développer ses talents chorégraphiques. Ceux-ci furent remarqués au point où elle est nommée directrice artistique associée de 2003 à 2004 et chorégraphe en résidence depuis 2005. Eyal a chorégraphié sept œuvres pour la Batsheva Dance Company et pour le Batsheva Ensemble : You Got to Live, Pan (2001), Ink (2002), Static (2002), After Love (2003), Love (2003), Quiet Village (2004), Part II (2005) et Bertolina (2006).

« Elle a son langage unique et bien à elle. Elle sait exactement ce qu’elle veut communiquer et y réussit parfaitement. Et comme toujours, Eyal a une présence hypnotique, noble et impétueuse. » (Yedioth Ahronot,Israël)

Batsheva Dance Company
Fondée en 1964 par Martha Graham et la baronne de Rothschild, la compagnie Batsheva est dirigée par Ohad Naharin depuis 1990. L’intégrité et le caractère innovateur de la compagnie lui ont valu d’être aujourd’hui l’une des plus inspirantes et des plus recherchées au monde. Avec ses 40 danseurs répartis en 2 groupes, la compagnie donne en moyenne 250 représentations par année en Israël et dans le monde entier. Elle fréquente régulièrement les scènes new-yorkaises du Lincoln Centre et de la Brooklyn Academy of Music (BAM), ainsi que le Barbican Centre à Londres et le Théâtre de la Ville à Paris. Le dernier passage de la compagnie à Montréal remonte à 2003 au cours du Festival international de nouvelle danse.

Les danseurs, originaires d’Israël et d’autres pays, sont encouragés à exprimer leur créativité, notamment à l’occasion de l’événement annuel Batsheva Dancers’ Workshop Series. D’ailleurs, plusieurs interprètes de la compagnie ont fait leurs premières armes au sein du Batsheva Ensemble, la troupe cadette associée. Celle-ci sert en quelque sorte d’incubateur pour les nouveaux talents — danseurs ou chorégraphes — et se consacre principalement aux programmes éducatifs et d’échanges avec la communauté.

 
 

Ohad Naharin
Internationalement reconnu et lauréat de nombreux prix et distinctions — il est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et a reçu deux prix Bessies (2002 et 2003) ainsi que le prix de danse d’Israël en 2005 —, Naharin a créé plusieurs pièces pour la Batsheva Dance Company et ses œuvres figurent au répertoire de compagnies comme le Nederlands Dans Theater, le Ballet de l’Opéra de Lyon, la Compañía Nacional de Danza de Madrid, Les Grands Ballets Canadiens de Montréal et le Ballet de l’Opéra national de Paris.

Ohad Naharin a aussi développé un entraînement spécifique pour la Batsheva Dance Company, appelé Gaga. Cette technique enseigne et encourage la « multidimensionnalité » du mouvement, son efficacité et sa texture. Gaga aide à saisir le lien entre le plaisir et l’effort, et améliore la vitesse et la clarté d’intention. Elle promouvoit aussi l’utilisation de soudaines explosions d’énergie, la reconnaissance de ses propres habitudes de mouvement de même que l’acquisition de nouvelles. Enfin, la technique Gaga permet aux danseurs de maximiser leur entraînement, de renverser certaines atrophies ou faiblesses et d’augmenter leur endurance.

Durée : 70 minutes
1ère partie - 30 minutes
Entracte - 15 minutes
2ème partie - 25 minutes

www.batsheva.co.il

Crédits
Partenaire du processus de création : Guy Bahar
Conception des costumes : Micky Avni
Conception des éclairages : Avi Yona Bueno (Bambi)
Conception de la bande sonore : Uri Lichtic, Sharon Eyal, Guy Bahar
Partition DJ, Mix, Mix en direct : Uri Lichtic
Réalisation de la bande sonor : Ohad Fishof
Assistant à la conception des costumes : Ian Sorkin
Coupe des costumes : Dima Lifshitz, Alex Gonduras
Costumes confectionnés par : Batsheva Sewing Workshop
Sous la direction de : Dalia Lider
Impression et matériel : Badey Britex Bar
Coordination de la production : Guy Bahar
Musique : Black Dice, “Snarly Yow” (Broken Ear Record); Alma Mater (Rodrigo Leao); Ben Neville, “Vancouver and Fairfield” (remix); Art of Noise, “Flashback” (Below the Waste); Ammoncontact, “Bella con los Nino(s)” (Trabajadores mix); Gritos de Guerra, “Arrinconamela” (Vengo Soundtrack); Anna Frank 14, “Loopim” (single); Fumiya Tanaka, “Move” (Move EP); Remedtos, “Naci en Alamo”; (Vengo Soundtrack); Shigeru Umebayashi; “Polonaise” (2046); Birds Birds Birds In The World, “Green To Me”; Gabby La La, “Be Careful What You Wish For Cause It Might Come True” (Be Careful What You Wish For); Butthole Surfers, “Hey” (Peepee the Sailor); The Chap, “Baby I’m Hurtin” (Ham)
Interprètes : Yaniv Abraham, Daniel Agami, Nir Benita, Caroline Boussard, Anderson Braz, Matan David, Sharon Eyal, Stefan Ferry, Shani Garfinkel, Talia Landa, Leo Lerus, Yaara Moses, Gili Navot, Rachael Osborne, Mami Shimazaki, Guy Shomroni, Gavriel Spitzer, Adi Zlatin, Erez Zohar, Noa Zouk

Photos Gadi Dagon

|HAUT|