| retour |


Ballet Preljocaj
(France)

Les 4 Saisons...
Chorégraphe : Angelin Preljocaj
Chaosgraphie : Fabrice Hyber


16.17.18. NOV. 2006

Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts


« De belles sensations comme la danse peut en produire quand un chorégraphe sait jouer de la sensualité. L’ensemble est coloré, enjoué, avec une énergie positive et une succession de tableaux qui multiplie les effets de surprise. (...) Un ballet (...) qui ravive le plaisir de la musique ô combien géniale de Vivaldi. » (Le Figaro Magazine, France)

Avec ses superbes danseurs, ses propositions artistiques novatrices et sophistiquées, le Ballet Preljocaj surprend et ravit. On se rappelle l’accueil chaleureux fait à la compagnie en 1996 lors de la présentation, au Centre Pierre-Péladeau, de son Hommage aux Ballets russes, un programme composé d’une relecture de Noces, du Spectre de la rose et de Parade. Excellente réception également en 2001 où, dans la même salle, le Ballet Preljocaj donnait Helikopter et Le Sacre du printemps. Invitée pour la première fois par Danse Danse, la compagnie française vient cette fois-ci régaler le public montréalais avec Les 4 Saisons... selon Angelin Preljocaj, sur l’incontournable chef-d’œuvre d’Antonio Vivaldi.

À Paris Match qui lui demande ce que lui inspire les célèbres concertos pour violon, Angelin Preljocaj répond : « le foisonnement, la richesse, la flamboyance, la vie ». Et c’est bien à une extravagance ludique et multicolore que convie ce ballet pour 12 danseurs, et à un bazar inusité. Coproduction du Festival Montpellier Danse 2005 et du Théâtre de la Ville de Paris, Les 4 Saisons... s’avèrent une célébration sensuelle et météorologique réalisée avec l’artiste Fabrice Hyber. Designer, chaosgraphe et créateur débridé de POF (prototypes d’objets en fonctionnement), Hyber signe également le décor et les costumes de cette nouvelle chorégraphie.

« Il s’agit d’un vrai festival visuel, composé de sinusoïdes piquées de pointes, mi-oursins, mi-algues, d’ours en plastique transparent, de danseurs avec tabourets collés au séant, dit les « pantachaises », éponges-patates jaunes qui tombent du ciel, et encore, de bascule en bois découpé pour ébranler les talons aiguilles (...). » (Le Monde, Paris)

Créé en juin 2005, le spectacle a déjà été apprécié dans plusieurs villes françaises et d’Afrique de l’Ouest, de même qu’en Israël et au Japon. Les 4 Saisons... seront aussi en tournée au Maroc et en Italie, et des arrêts sont prévus au Luxembourg et en Allemagne.

À l’initiative de Danse Danse et du réseau La danse sur les routes du Québec, Les 4 Saisons... prendront également l’affiche au Grand Théâtre de Québec et au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke.

Angelin Preljocaj
Chorégraphe aux réalisations impressionnantes, Angelin Preljocaj est né en 1957 à Paris de parents albanais émigrés en région parisienne. Directeur artistique du Ballet Preljocaj – Centre chorégraphique national, il étudie la danse classique avant d’aborder la danse contemporaine en France, puis à New York auprès de Merce Cunningham. De retour au pays, il travaille comme interprète pour différentes compagnies, dont celle de Dominique Bagouet à Montpellier, ville où il fait également ses débuts chorégraphiques. En 1984, le Prix du Ministère de la Culture en poche pour sa pièce Marché noir, il s’installe à Champigny-sur-Marne et fonde la Compagnie Preljocaj.

En 1987, il séjourne au Japon pour étudier le théâtre nô. À son retour, il continue de créer des ballets, dont Hallali Romée et Liqueurs de chair (1988) ainsi qu’une version BD futuriste de Roméo et Juliette de Prokofiev avec le concours du bédéiste Enki Bilal. En 1992, il reçoit le Grand Prix National de la Danse décerné par le Ministère de la Culture du gouvernement français. Il est ensuite invité par le Palais Garnier à présenter un Hommage aux Ballets russes, composé de ses relectures de Parade, du Spectre de la rose et de Noces.

En 1996, sa compagnie s’installe à Aix-en-Provence où il monte une nouvelle version de Roméo et Juliette. L’année suivante, à la suite de la présentation d’Annonciation, du Spectre de la rose et de Noces au Joyce Theatre de New York, Angelin Preljocaj est invité à créer un ballet pour le New York City Ballet. Il se voit aussi remettre un prix Bessie pour le programme présenté au Joyce Theatre tandis que son Roméo et Juliette reçoit le prix Production chorégraphique en France, décerné par les Victoires de la Musique.

En 2000, à l’heure de la virtualité, des images de synthèse et de l’implosion de la danse, il crée Portraits in corpore, une installation chorégraphique où s’établit un dialogue entre le corps des danseurs et leur image. Il enchaîne avec Helikopter, que l’on a pu voir à Montréal dans un programme double avec Le Sacre du printemps, une coproduction franco-allemande réunissant les danseurs du Ballet Preljocaj et ceux du Staats Oper de Berlin.

Depuis la fondation de sa compagnie, constituée aujourd’hui de 24 danseurs, Angelin Preljocaj a créé 30 chorégraphies, du duo aux grands ensembles. Ses créations sont reprises au répertoire de nombreuses compagnies, dont il reçoit également des commandes. C’est le cas notamment du Ballet de l’Opéra de Lyon, du Ballet de l’Opéra de Paris, de la Scala de Milan ou du New York City Ballet. Il collabore aussi avec des artistes comme Enki Bilal (Roméo et Juliette, 1990), le groupe de musique Air (Near Life Experience, 2003), Granular Synthesis (« N », 2004) et Fabrice Hyber (Les 4 Saisons..., 2005).

Officier des Arts et Lettres, Angelin Preljocaj porte aussi le titre de Chevalier de la Légion d’honneur.

Ballet Preljocaj
Créée en décembre 1984, la Compagnie Preljocaj devient Centre chorégraphique national de Champigny-sur-Marne et du Val-de-Marne en 1989. En janvier 1995, la compagnie s’installe à Toulon, ville qu’elle quitte en mai 1995 après les élections municipales remportées par le parti du Front National. En 1996, elle est accueillie à la Cité du Livre à Aix-en-Provence et devient Ballet Preljocaj – Centre chorégraphique national de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et du département des Bouches-du-Rhône.

Outre la diffusion de son répertoire et les tournées en France et à l’étranger (environ 110 représentations par année), le Ballet Preljocaj multiplie les activités de développement de publics à Aix-en-Provence et dans sa région : lectures, vidéodanse, répétitions publiques, stages et ateliers, interventions dansées dans l’espace urbain. La compagnie organise également le festival Corps à Cœur avec les coups de cœur rencontrés en tournée et accueille toute l’année des compagnies en résidence dans ses studios.
Le Ballet Preljocaj s’apprête à investir un nouveau lieu. Conçu par l’architecte Rudy Ricciotti et baptisé « Pavillon Noir », le nouveau bâtiment aixois sera doté d'une salle de spectacle et proposera une programmation de danse tout au long de l’année.

Fabrice Hyber
Artiste inclassable et créateur d’installations publiques, Fabrice Hyber a de multiples réalisations à son actif. Après avoir transformé le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en « Hybermarché » et installé l’année suivante un salon de coiffure au Centre Georges-Pompidou à l’occasion de l’exposition Féminin/Masculin, Fabrice Hyber est choisi pour représenter la France à la Biennale de Venise. Il en repartira avec un Lion d’or pour sa transformation du Pavillon français en studio d’enregistrement et de diffusion d’émissions télévisées.

Avec ses fameux POF (prototypes d’objets en fonctionnement) comme le ballon carré ou la voiture à double tranchant, l’artiste déplace la fonction originelle d’objets familiers. Il modifie ainsi la conscience et la pratique que nous avons de ces objets, leurs nouvelles formes induisant et générant de nouveaux comportements

www.preljocaj.org
www.hybert.com
www.ladansesurlesroutes.com

Février 2006

Photos JC Carbonne | Danceurs photo en-tête : Zaratiana Randriananteniana, Kaori Ito

|HAUT|