| retour |


Russell Maliphant Company
(Grande-Bretagne)

One Part II / Push / Transmission
Russell Maliphant

7.8.9. DÉC. 2006
Centre Pierre-Péladeau


Transmission


« Des illusions d’optique si magnifiquement réussies qu’on a l’impression que les danseurs évoluent momentanément dans un monde sans contraintes, affranchi de la gravité. » (Dance Theatre Journal, Grande-Bretagne)

À l’invitation de Danse Danse, la Russell Maliphant Company revient à Montréal après une rencontre initiale des plus enthousiastes avec le public québécois. Programmée par le Festival international de nouvelle danse en 2001, la compagnie y avait alors remporté le Prix du public. Pour son premier passage à Danse Danse, la troupe londonienne propose trois pièces : One Part II, un solo dansé par Russell Maliphant lui-même, Push, un duo lancinant et sensuel, ainsi que Transmission, une chorégraphie pour cinq danseuses portée par l’environnement sonore incantatoire de l’artiste britannique Múkúl.

Solo créé originellement en 1998 et remanié en 2002 à la demande de Dance East en Grande-Bretagne, One Part II est le plus récent solo de Russell Maliphant exécuté sur une musique de J. S. Bach.

Duo expressif où sensualité et nervosité s’équilibrent, Push fut créé le 30 septembre 2005 par la ballerine mondialement admirée Sylvie Guillem et le chorégraphe et interprète Russell Maliphant au Sadler’s Wells Theatre à Londres. Dès novembre de la même année lors du Festival de Danse de Cannes, la pièce était transmise à deux danseurs de la compagnie et c’est cette version qui est présentée en tournée canadienne.

« Le ballet n’est cependant pour rien dans cet audacieux échange d’énergie qui garde le mouvement vivant, risqué et extraordinairement expressif. » (The Guardian Unlimited, Grande-Bretagne)

Quintette entièrement féminin, Transmission fut créé à Cannes en novembre 2005 pour être ensuite présenté en tournée dans plusieurs pays d’Europe. Réalisée grâce à l’aide du Arts Council England de Londres, la pièce est une commande du Festival de Danse de Cannes et des Sadler’s Wells Trust, Reggia Emilia Danse et The Place Theatre.

Russell Maliphant
Né à Ottawa en 1961, Russell Maliphant a grandi en Grande-Bretagne et est diplômé du Sadler’s Well Royal Ballet. Il dansera pour la compagnie jusqu’en 1988, année où il décide d’enrichir son expérience en devenant danseur indépendant. Il délaisse peu à peu la danse classique pour se consacrer à la danse moderne et travaillera avec plusieurs chorégraphes indépendants et anticonformistes, notamment Lloyd Newson, qui dirige alors le DV8 Physical Theatre. Pour le DV8, il monte Dead Dreams of Monochrome Men, une production dans laquelle il est aussi interprète. Ce que Russell Maliphant a en commun avec les chorégraphes « anticonformistes » avec lesquels il a collaboré, c’est un goût marqué pour l’improvisation. Grâce à celle-ci, le danseur devient le centre du processus créatif, une expérience qui, pour Maliphant, s’avéra le facteur déclencheur de sa carrière de chorégraphe.

En 1991, il crée ses deux premières chorégraphies : un solo, Evolving Paradigm, et un duo avec le danseur Scott Clark. L’année suivante, on lui confie la chorégraphie du quatuor Relative Shift pour la Ricochet Dance Company. Depuis, le chorégraphe a réalisé 6 pièces pour sa compagnie et est régulièrement sollicité par d’autres organismes, tels le Ballet de l’Opéra de Lyon, l’ensemble Batsheva, le Ballet de Nuremberg et la chaîne Channel 4.

Russell Maliphant a développé un style de mouvements absolument unique, qui résulte d’un amalgame de toutes ses influences : danse classique, danse-contact, improvisation, capoeira, taï chi et yoga. Sa formation classique est toujours visible dans la définition sculpturale de ses postures et dans son sens du rythme sophistiqué. De plus, ses compositions sont dotées d’une incroyable profondeur émotionnelle.

Un autre élément est indissociable de ses spectacles : les éclairages ciselés de Michael Hulls. Présent à chaque création depuis 1994, Hulls est un poète des formes; il n’éclaire pas seulement la scène, mais redéfinit l’apparence physique des danseurs. À certains moments, il les transforme en statue de bronze; à d’autres, il dissout leurs contours dans une lumière chatoyante. Il réussit aussi à attirer l’attention des spectateurs sur la concentration intérieure des danseurs.


Push

« Si touche de génie il y a, elle est en partie imputable au travail de Michael Hulls, designer d’éclairages qui a un véritable don pour sculpter (...) la danse, au point où elle semble habiter un monde étrange, aux possibilités infinies. » (The Guardian Unlimited, Grande-Bretagne)

Côté musique, Russell Maliphant choisit les compositeurs en fonction de l’atmosphère dont ils enveloppent son travail. Au cours des années, il a établi de fructueuses collaborations avec des artistes comme Andy Cowton, Richard English, Múkúl, Sarah Sarhandi, Shirley Thompson, Matteo Fargian et Barry Adamson. Cette puissante alchimie générée par une interdépendance entre la musique et l’image a été consacrée en 2002 par un Time Out Live Award pour Broken Fall, œuvre dansée sur la musique de Barry Adamson.

En 2003, Broken Fall était couronnée d’un Olivier Award pour la meilleure nouvelle production de danse; l’année suivante, Russell Maliphant recevait un South Bank Show Award en 2004 pour One Part II, Two Times Three et Choice.

Russell Maliphant Company
Fondée en 1996 et basée à Londres, la Russell Maliphant Company ne cesse de se développer. Dirigée par Maliphant et le concepteur d’éclairages/artiste associé Michael Hulls, la troupe londonienne doit sa renommée internationale à sa gestuelle singulière, amalgame de danse classique et moderne, de danse-contact, d’improvisation, de capoeira, de yoga et de taï chi, ainsi qu’à l’interaction particulièrement soignée entre l’éclairage, la musique et la danse. Elle présente ses spectacles régulièrement dans plusieurs pays d’Europe, en Amérique du Nord et a récemment été déclarée première compagnie de danse occidentale à s’être rendue en Ouzbékistan.

www.rmcompany.co.uk

Février 2006

Photos Hugo Glendinning

|HAUT|