| retour |

Chorégraphe | James Kudelka

« Auteur de mémorables ballets néoclassiques pour des compagnies américaines et canadiennes, monsieur Kudelka réussit ici (Fifteen Heterosexual Duets) au-delà de toute attente, avec une exploration du mouvement qui ne doit rien au vocabulaire du ballet. » (The New York Times, États-Unis)

« Œuvre charmante et d’une grande ingéniosité, Fifteen Heterosexual Duets est une comédie sans intrigue qui touche au sublime. » (The Globe and Mail, Toronto)

« Considéré comme l’étoile des contre-ténors canadiens, Daniel Taylor est aussi l’un des plus en demande à travers le monde. Il pratique son art avec une conviction telle, qu’elle le range dans une catégorie à part. » (Opera Canada, Toronto)



Brillante idée que de proposer une soirée entièrement consacrée à James Kudelka ! Et c’est à Coleman Lemieux & Compagnie, dédiée entre autres au rayonnement de la danse canadienne, que l’on doit le grand retour à Montréal du réputé chorégraphe. Kudelka a donc rendez-vous dans la métropole avec un autre artiste au talent prodigieux, le haute-contre Daniel Taylor. Motif de cette rencontre ? La création d’un spectacle autour du Stabat Mater de Vivaldi, qui réunira sur scène la crème des danseurs, parmi lesquels Bill Coleman, Laurence Lemieux, Andrea Boardman, Sylvain Lafortune et Anik Bissonnette, ainsi que Daniel Taylor – lauréat du prix Opus « Artiste de l’année » en 2000 – et son ensemble, le Theatre of Early Music (TEM). En plus de prêter sa voix unique à la musique de Vivaldi, Taylor complétera la distribution de danseurs en tant qu’interprète du mouvement.

Cette soirée entièrement consacrée à Kudelka propose également Fifteen Heterosexual Duets, qui a raflé un prix Dora Mavor Moore et dont les duos sont absolument « remarquables pour leur brio et leur variété ». (The Globe and Mail, Toronto). On verra aussi la reprise fort attendue de Soudain, l’hiver dernier, duo masculin bouleversant dansé sur la musique de Gavin Bryars. Créé par Montréal Danse en 1987, celui-ci laissera assurément encore une fois le spectateur « médusé par le drame émotionnel qui se déroule sur scène ». (The Gazette, Montréal)

James Kudelka
Dès ses premiers ballets, James Kudelka révèle son immense talent; le Canadien est vite considéré comme l’un des plus importants créateurs de danse en Amérique du Nord. Se décrivant lui-même comme un « observateur consciencieux », James Kudelka « est aujourd’hui l’un des chorégraphes les plus doués en ballet classique ». (The Toronto Sun, 2003). Danseur soliste au Ballet national du Canada et par la suite aux Grands Ballets Canadiens de Montréal (GBC), il fut aussi le chorégraphe en résidence des GBC de 1984 à 1990. À la tête du Ballet national du Canada de 1996 à 2005, Kudelka est réputé mondialement pour la qualité et la profondeur de son œuvre.

« Sa danse est tellement réjouissante, que tous ceux qui la regardent aimeraient pouvoir danser. » (In Profile, Toronto)

Artiste prolifique mariant habilement la danse classique à la danse moderne, James Kudelka a réalisé plus de soixante-dix ballets figurant au répertoire de troupes et d’artistes aussi variés que le Toronto Dance Theatre, le San Francisco Ballet, le Ballet national du Canada, l’American Ballet Theatre, Les GBC, Les Ballets Jazz de Montréal, Margie Gillis et Peggy Baker. Parmi ses ballets les plus célébrés, mentionnons Cinderella (2004), The Firebird (2002), coproduction du Ballet national du Canada, de l’American Ballet Theatre et du Houston Ballet, The Four Seasons (1997), Le Baiser de la fée (1996) pour le Birmingham Royal Ballet, The Nutcraker (1995) et, enfin, Désir (1991) et In Paradisum (1983) pour les GBC.

Coleman Lemieux & Compagnie
Mis sur pied en 2000 et dirigé par Bill Coleman et Laurence Lemieux, l’organisme crée, produit et diffuse les chorégraphies de ses directeurs artistiques et d’autres chorégraphes, mais également des œuvres de collaborateurs issus du monde de la musique et des arts visuels. Active sur les plans local, national et international, la compagnie favorise aussi la reprise d’œuvres canadiennes qu’elle considère particulièrement significatives.

Bien que toute jeune, la compagnie est riche de l’impressionnant bagage artistique et professionnel de ses fondateurs; au sein de la communauté de la danse québécoise, elle se pose comme un organisme dynamique, porteur d’un travail chorégraphique et d’une vision artistique d’envergure. Coleman Lemieux & Compagnie se singularise aussi par l’originalité et l’audace de ses propositions. Pensons notamment à Grasslands, œuvre montée à Val Marie en Saskatchewan en 2004 et consistant en un événement chorégraphique pour vingt-cinq danseurs – dont David Earle et Margie Gillis – incluant une centaine de personnes issues de la communauté locale. Soulignons également Convoy PQ. 17, requiem pour orchestre symphonique, chœurs et quatre danseurs. Vibrant hommage aux vétérans de la marine marchande de la Seconde Guerre mondiale, Convoy PQ. 17 fut créé à Saint-Pétersbourg en Russie en 2001 et repris au Centre Pierre-Péladeau en juin 2004.

Grâce au succès de ces événements, Coleman Lemieux & Compagnie fait la preuve qu’un des rôles de la danse est de permettre et d’entretenir des échanges entre les artistes et la communauté qui les entoure.

Les directeurs artistiques
Depuis 1984, Bill Coleman a créé plus d’une cinquantaine d’œuvres présentées partout dans le monde, et dansé au sein de compagnies aussi diverses que la Bill T.Jones/Arnie Zane & Co, le Toronto Dance Theatre, la Martha Graham Dance Co. et la Fondation Jean-Pierre Perreault. Ses chorégraphies comptent, entre autres, Shane, Baryshnikov: The Other Story, lauréat d’un First Light Award de la Jerome Foundation ainsi que d’un prix du Dance Theatre Workshop de New York. Sa pièce Heartland fut également l’objet d’un film réalisé par Laura Taler. Coleman a aussi chorégraphié pour les compagnies Toronto Dance Theatre, Dancemakers, Canadian Children Dance Theatre et Balletworks (New York). En 2002, Bill Coleman recevait le prix Jacqueline-Lemieux du Conseil des Arts du Canada.

Pour sa part, Laurence Lemieux a dansé avec le Toronto Dance Theatre de 1986 à 1994, année où elle revient à Montréal et se joint à William Douglas Danse; elle danse aussi pour plusieurs autres chorégraphes parmi lesquels on retrouve Jean-Pierre Perreault, James Kudelka, Margie Gillis et Benoît Lachambre. Laurence Lemieux remportait en 1998 le prix Dora Mavor Moore pour son interprétation du solo Cryptoversa de Christopher House. Depuis sa première chorégraphie en 1993, Laurence a créé une vingtaine d’œuvres, notamment Varenka, Varenka !, présentée à l’Agora de la danse en 2003 et qui a fait l’objet d’une tournée en Russie.

Coleman Lemieux & Compagnie remercie Les Grands Ballets Canadiens de Montréal pour la présence d’Anik Bissonnette.

Avril 2005

www.colemanlemieux.com

Photos | Paul-Antoine Taillefer (Coleman Lemieux & Compagnie) | Cylla Von Tiedeman (James Kudelka)

|HAUT|